Toulouse City Guide : Dupuy Saint-Aubin

lundi 25 janvier 2016

Voilà plus de deux ans que je roule ma bosse à Toulouse, et les aventures sont loin d’être terminées. Si le centre de la ville rose reste mon lieu de prédilection en général (je sors rarement de l’hypercentre, c’est grave, je sais), la zone Dupuy Saint-Aubin devient mon lieu de vie favori. J’y habite depuis mes premiers jours toulousains, et naturellement, j’y ai mes habitudes. Il était temps de faire le point sur les bons plans food du quartier, parce qu’encore une fois, la bouffe, c’est la vie. Sans ordre de préférence, pêle-mêle, je livre aujourd’hui mon résumé des bonnes adresses du coin (disponibles en géolocalisation sur l’application mobile du blog, et sur Yelp).

Place DupuyPlace Dupuy

Chez Authié (25 Place Dupuy) : le bistrot par excellence. Je ne jure que par les œufs mimosas (les meilleurs de la ville, paraît-il) et le tartare de saumon, une tuerie. Frites maisons et ambiance bistroquet, il en faut peu pour être heureux.

Burger & Co (20 rue Riquet) : Pour avoir testé un paquet de burgers à Toulouse (non, mais je vais souvent courir, promis), le diner de la rue Riquet reste mon favori. J’en parlais dans le ELLE et même dans Paulette, c’est vous dire. Je choisis toujours les Jalapeños et le Highway to Hell (tout un programme).

Cœur d’Amande (49 rue Riquet) : un chouette restaurant tunisien quasiment en face de l’église Saint-Aubin. La déco est sobre et la carte simple, mais la cuisine est irréprochable, et délicieuse. On y déjeune copieusement pour moins de 15 € (mention spéciale pour la brick du chef).

La Storia (48 place Bachelier) : autant vous dire que l’été, sur la petite place ombragée avec un bon plat de pâtes fraîches et un verre de rosé (à consommer avec modération), nous ne sommes pas loin du paradis. Mais même l’hiver, la Storia reste une valeur sûre.  D’ailleurs, la salle est très agréable et le personnel toujours aux petits soins.

Motchiya (10 rue Palabrat) : LA cantine japonaise à l’heure du déjeuner (fermé le soir). On y déguste un menu du jour (unique) servi sous forme de traditionnels bentos. De la cuisine japonaise pure et dure. Et délicieuse.

Chez Shun (35 rue Nicolas Bachelier) : là encore, de la cuisine japonaise de compét’. Les gyozas sont à tomber, et le menu Sakura est un bon plan pour dîner le soir. La formule est à 18 €, avec des sashimis de saumon (frais et fondants à souhait), une soupe miso, une salade et un plat traditionnel au choix : poulet, porc ou poisson grillé. Si vous êtes plutôt bateau de sushis, c’est possible aussi.

Señor Taco (22 rue des 7 Troubadours, je dédiais un article City Guide il y a plusieurs mois) : la cantine mexicaine du quartier. La carte est ultra simple, avec une sélection de tacos, servis avec des haricots rouges.

senor taco toulouse

Le Bistrot de l’Etoile (6 rue de l’Etoile) : en plein mois de janvier, avec ses pierres apparentes et sa cheminée, le restaurant est d’un réconfort absolu. On y mange de la viande cuite au bois, ou des plats du jour sans chichis. De la cuisine de bistrot comme on les aime, dans une ambiance « campagne à la ville » des plus agréables, à un prix imbattable.

Le New Delhi (9 rue de l’Industrie) : victime de son succès, le restaurant affiche très souvent complet. La cuisine est délicieuse, et le premier menu (même le soir) est à 14 € pour entrée, plat et dessert. Le service est irréprochable, le personnel hyper cool : on y va les yeux fermés.

J’en oublie peut-être un peu, je compléterai cette liste au fur et mesure. J’attends vos commentaires !

1 Reply